Le temps de la formation est particulier.
C'est un lieu, un espace, où, chose de plus en plus rare, on peut prendre du temps.
Faire un peu le vide ; écouter ; entendre les autres ; réfléchir, envisager.
On peut choisir un cercle, et puis un autre. Aller jusqu'au bout d'une phrase, revenir sur un propos.
On peut se laisser guider, découvrir d'autre idées, s'y confronter, rencontrer des pairs, parcourir leurs univers.
On vient aux formations du CESEP, comme on va au concert, à la différence qu'ici, on fait partie de l'orchestre.
On découvre, on savoure les qualités de chaque instrument, et puis, peu à peu la musique se met en mouvement.
Cela rend nos formations enrichissantes mais pas reposantes. Parce que l'essentiel du boulot, c’est vous qui le faites. Les différentes notes, la matière première, ce sont vos connaissances, vos expériences, votre vision du monde, votre métier et le projet qui vous habite.
Le formateur, lui, assemble, articule, structure.
A partir de là, on débat, on analyse, on confronte.
Surtout, on partage.
Le kit de base de l’écoute active est fourni en standard, le cadre est posé.
On se plaît à penser que nos formations sont des espaces de mobilisation des intelligences qui ont un impact sur le terrain, une fois le rideau tiré.
On aime à travailler, à créer du lien et à nourrir les réseaux.
On sait que notre travail est une action politique.
Et lorsque quelque chose bouge, les regards deviennent pétillants et les sourires entendus.
Aux formations du CESEP, souvent, le plaisir s'installe.