Construire collectivement le savoir et préparer le passage à l'action
Pour le CESEP et ses travailleurs, la formation est un espace de mobilisation des intelligences en lien avec des situations concrètes. Elle a pour but de donner aux participants les outils de compréhension et d'interprétation du monde, et intègre des démarches de transfert de ceux-ci dans l'action culturelle, sociale, politique, économique et environnementale. Elle a pour but, à terme, de permettre un passage à l'action pour un partage équitable du pouvoir. Que la visée soit l'acquisition de compétences techniques, le développement de nouveaux comportements, attitudes ou de nouvelles perspectives de passage à l'action, les formateurs se basent avec souplesse sur les attentes des participants et tirent parti des richesses du groupe.

 

Considérer les participants comme constructeurs de savoir
Les méthodes participatives, telles qu'elles sont pratiquées dans l'ensemble de nos formations, reposent sur deux présupposés essentiels : d'une part que la formation (et la participation des individus qu'elle implique) est un processus dont la construction et la structuration progressive sont assurées conjointement par le formateur et par le groupe ; d'autre part que le socle, la matière vivante de la formation sont les connaissances détenues des participants. C'est cette matière vivante que la formation, par l'apport de chacun des membres du groupe, va permettre d'articuler, d'enrichir et de structurer. Par ailleurs, l'utilisation de situations concrètes vécues.

 

Valoriser les expériences de chacun
Ce modèle de formation permet une prise en compte et une valorisation des expériences de chacun. Il est particulièrement adapté à l'action associative et aux finalités de l'Education permanente car :

- il favorise la communication et le débat d'idées entre les participants et il installe en principe de fonctionnement le partage des connaissances et la prise de décision collective, il met en place les conditions d'un échange démocratique et concerté

- il sort l'apprentissage d'un rapport détenteur/receveur pour le placer dans un raport valorisant et égalitaire pour les membres du groupe, il ouvre les conditions d'accès au savoir, ce faisant il favorise l'émancipation individuelle et collective

- il repose sur la mobilisation et l'implication des participants qui élaborent une représentation commune mais non nécessairement consensuelle des enjeux, des solutions et perspectives, il construit les capacités d'analyse, de choix et incite à la prise de responsabilité

- il éclaire les perceptions et stratégie de chacun et les stratégies d'action, il permet d'identifier les enjeux (identitaire, opérationnel, institutionnel et politique)) propre à chaque participant et à son terrain d'action

- il fait apparaître les présupposés de chacun et organise la confrontation à ceux des autres membres du groupe, il suscite la réflexion critique des acteurs sur leurs propres pratiques et représentations

- Dans ce modèle, la matière première est constituée par les situations concrètes vécues par les participants, les observations dégagées articulées avec cette même réalité sont facilement transférables dans leur terrain d'action