Namur, 19 septembre 2011, plus de 400 personnes sont réunies à la Marlagne pour découvrir, échanger, explorer des expériences menées en bibliothèques.
Des témoignages d’expériences qui donnent l'envie d'ouvrir un livre, le goût de lire, le plaisir de le partager.
La journée se terminera par une improvisation en slam'poésie par les 2 comédiens de la compagnie UnDeuxGround de la Cie
Gertrude II1

 

La Cie Gertrude II est créée par Guillemette Grobon en 2000, afin de mettre en scène le mouvement perpétuel des corps, des coeurs et des idéologies. Avec pour socle d'inspiration et de création, la grande affaire contemporaine du dépassement des diversités entre les humains et les territoires (…).
Une compagnie construite autour de deux artistes : Guillemette Grobon, metteure en scène et Sandrine Picherit, designer d'espace(s).


Deux artistes qui s'interrogent sur les liens entre savant et populaire, aux entrecroisements des disciplines : théâtre, art contemporain, slam, poésie, cinéma, littérature.
Deux artistes, associées entre autre à trois slameurs Cocteau Mot Lotov, Lee Harvey Asphalte, et SanDenKR. Ce sont ces deux derniers qui ont clôturé la journée par une improvisation UnDeuxGround.


UnDeuxGround c'est un duo qui tourne à trois : Lee Harvey Asphalte alias Mehdi Benachour, SanDenKR alias Julien Liard, Cocteau Mot Lotov alias Lionel Lerch. Ils se retrouvent à deux sur scène. Ils prennent des notes, écrivent, s'inspirent de ce qu'ils reçoivent d'une manifestation : un débat, une conférence, une rencontre, une pièce de théâtre. Ils s'inspirent aussi de l'air du temps, des titres des journaux, de ce qui circule ce jour là.
Ils grattent sur leurs papiers des mots, puis, tout à coup, ils prennent la parole. Du slam, de la poésie, une intervention, une interprétation. Un peu tout cela à la fois. Tout au long de la journée des bibliothèques les comédiens ont repris des éléments, des questionnements, des réflexions issus des paroles, des témoins et des intervenants.
Voici quelques slams scandés lors de la clôture de la journée.

 

Bibliothécaire
Etre rachitique, nourri à l'huile d'arachide,
Caché derrière un bureau plus grand que lui,
Et une immense pile de livres dont seul lui connaît l'auteur…
" Le bibliothécaire est vraiment une espèce à part…
Surtout quand il a peur ! "
C'est clair, il est prêt à inventer n'importe quoi
Et il est tellement débordant d'imagination
Qu'il a même instauré des clubs mangas.
Ah… le bibliothécaire…
Caché derrière ses petites lunettes,
Simple gestionnaire de déco-llection
Et de transaction de prêt… à tout faire
Enfin… sauf à faire le grand saut
(Parfois) le bibliothécaire peut être obtus comme une équerre et
ne pas faire de grand écart
Alors, parti-pris ministériel ou prise de position archaïque ?
Décret qui décrédibilise ?
Avancées culturelles contre confort culturel ?
Bon, peu importe !
Parce que la grande nouveauté de ce projet,
Oui ! Et il aura fallu près d'un siècle pour qu'on l'accepte,
Oui ! Aujourd'hui le bibliothécaire a droit à l'échec !!!
Alors il faut tout tenter
Avancer à tâtons mais tout tâter
Etre son propre attentat
S'attendre en tout temps
A tout intenter d'une idée qui a trop daté
Pour tout inventer
Savoir glisser de Destrée à cette nouveauté
D'une institution de prêt à une bibliothèque projet.
Il n'y a pas d'hérésie à se créer un réseau
Et même si le bibliothécaire est un peu renfrogné sur lui-même
Comment lui faire comprendre que les partenariats ne servent
pas à rien
Avec une ministre, de la culture… de l'audiovisuel… de la
santé… de l'égalité… des chances… et du service de la lecture
publique de la Communauté française
Qui franchement n'excelle pas en matière de délégation !
Et si je puis me permettre, sans faire de boniments
On peut comprendre pourquoi vous n'avez plus de gouvernement
!
Mais… même si il est hors des sentiers battus
On peut comme même discuter avec le bibliothécaire, rien n'est
perdu
Cobaye d'une mise en oeuvre expérimentale
"On est jamais conscient de sa naissance "
Aujourd'hui sa profession est en pleine reconnaissance
Et il a vite compris comment garder son public :
Il organise maintenant des soirées pyjamas
Pour que les enfants ne repartent jamais !
Ce prêteur sur page
Gardien de savoir
Classificateur de mémoires
Démystificateur de discours de comptoirs
Ce liant entre être et avoir
à l'ère de la communication et de l'appauvrissement du langage
Ce lecteur à gage n'est-il pas le plus engagé ?
Jusqu'aux chevets des moins enragés ?
N'est-il pas le garant de l'esprit critique
Quand le libre arbitre s'éclipse ?
Mais chut… !
Le bibliothécaire n'aime pas qu'on lui mette la pression
Ce qui demande encore combien de temps pour lever les
appréhensions ?

Alors sans rétention de vos désirs
Et sans la prétention de faire plaisir, mais pour vous !
Faites de votre résidence de travail
Un véritable lieu de vie et de lien social
(" Concurrencez le Mc Donald ")
Car les mots se mangent
Le papier se mâche
Les pages s'arrachent
Les récits s'ingurgitent pour que les écrits restent
Et même si le décret est encore en phase de test
Il ne tient qu'à vous de faire partager l'aventure
Parce que c'est souvent ceux qui en ont le moins qui l'étalent le
plus…
Bien sûr… la lecture.

SanDenKR

 

Bouquin émissaire
Se laisser saisir par le plaisir
Au détour d'une césure
Prendre les airs avec Césaire
Et le RER avec Zazie
Oser au hasard une poésie
Dans un désir de lézarder l'usure
Viser l'azur humer le désert
Et ainsi zigzaguer dans l'inusuel
Mes amis,
Bienvenue dans la bibliothèque idéale… Des années 50 !
Excusez ma répartie cinglante,
Je ne suis pas cinglé et vous le dit sans gants,
Donc pitié pas de sanglots
Aujourd'hui tout se lit :
Un logo sur un polo
Un picto dans le métro
Un texto, des signaux,
Tout est signe, sans ligne ni consigne
Alors un conseil
Faites entrer la littérature dans le futur !
Imaginez du Shakespeare 2 peer, de Otomo à Othello,
Windowstoïevski et Anaïs Nintendo !
Du Hanna Montana Karénine ! Carrément !
Puis dans un esprit conquérant,
Afin de satisfaire nos nouveaux adhérents
Une émission de " biblio-réalité "
Visualisez…
Chaque trimestre un auteur nominé
Mickaël Proust et Thiffany Sagan,
Oui, nous les avons relookés,
Car croyez-nous, ce qu'ils attendent de vous
C'est " guère épais "
Pas plus de 100 pages, et qui se lit la télé allumée.
Mais n'ayez crainte,
Il n'y a rien d'irrémédiable,
Vous me dites qu'un groupe de jeunes
Équivaut à un troupeau de buffles
Que c'est le tumulte immédiat ?
Je réponds multimédia !
Mais l'EPN est à la peine,
Et lance l'appel pour un public pérenne.
Aucun problème !
Allons voir ce que propose la jeune création contemporaine !
Empruntons les chemins de traverse,
Partons hors champ, hors sol, hors scolaire, hors-piste,
Écrivons du Graham Greenpeace,
Et sachons lire entre les lignes
Et partir
Partir pour mieux revenir
Au fondamental, à la sensation primale, et réapprendre à lire
Réapprendre ce que c'est de lire
Lire comme se voir dans un miroir,
Lire dans les isoloirs,
C'est vrai que la question du champ me harcèle…
Nous devons promouvoir l'art par la manière
Sortir des ornières et des escarcelles,
Mettre de nouvelles matières sur la table
Renouveler le cursus et les carrières,
Exploser les barrières,
Ne pas se tromper de bannière
Ne pas être sectaire sur son secteur
Au risque de devenir biblio-précaire
Peut-être faut-il dans vos formations aborder le virtuel,
L'intergénérationnel, le relationnel ?
Qui a peur du concurrentiel ?
Qui a peur du risque potentiel ?
Vous, moi, mais le pire danger reste LA MORT DU CULTUREL !
Dès lors, pourquoi ne pas prôner l'ouverture
De littérature à la sculpture ?
Des arts plastiques à la scolastique ?
Des classiques aux classes scolaires ?
Le livre n'a pas besoin d'un sanctuaire
Bien au contraire, alors ouvrez vos cages
Que l'on remette le livre… A la page !
La culture a besoin d'air,
D'une partie de campagne de sensibilisation,
Qu'on puisse la découvrir à livre… Ouvert !

Lee Harvey Asphalte

 

Hymne belge version Bibliothèque
ô Bibli, ô livre chéri
A toi nos pages, à toi nos phrases
A toi notre encre, ô Bibli
Nous le jurons tous tu renaîtras !
Tu vivras toujours grande et publique
Et ton indicible nouveauté
Aura pour devise littéraire :
Les mots, l'action, et la médiation
Aura pour devise littéraire :
Les mots, l'action, et la médiation
O Bibli, ô Livre chéri
A toi nos pages, à toi nos phrases
A toi notre encre, ô Bibli…
Pour que le peuple lise
Tu es sur le bon chemin
Alors, aux livres citoyens !

SanDenKR

 

1. UnDeuxGround : Performance slam poésie - http://gertrude.asso.fr/