Je me souviens d'un temps où le sport olympique était amateur, où les maisons de retraite étaient organisées par les CPAS ou les communautés religieuses, où il n'y avait pas de publicités sur les ondes de la RTBF, où la Croix-Rouge avait des ambulances, où il était évident que la poste, l'électricité, l'eau, le téléphone, le chemin de fer,
les prisons, l'éducation relevaient du rôle des services publics (à tout le moins de leur contrôle) et échappaient aux lois du marché.

Et puis les années 80-90 sont passées par là, avec Reagan, Thatcher, l'OMC, la Banque Mondiale, … sous la coupe de pensée des économistes de l'École de Chicago.

 

1984 : Introduction de la publicité à la RTBF.

1991 : Une loi officialise le changement de nom de la RTT ( la Régie Publique des Téléphones créée en 1930) qui devient Belgacom.

1991 : Grande-Bretagne Le groupe G4S (alors appelé Group 4 Securicor) emporte le premier contrat de gestion de prison par le secteur privé en Europe.

1995 : Vente de 49% du capital de la SABENA à SAirGroup (rebaptisé Le Groupe Swissair en 2001).

1995 : " L'éducation doit être considérée comme un service rendu au monde économique " (groupe de travail de l'OMC, Organisation Mondiale du Commerce).

14 décembre 1995 : Le Consortium composé d'Améritech, de Tele Danmark et de Singapore Telecom, entre dans le capital de Belgacom à 50 % moins une voix.

19 février 1997 : La présidente du Tribunal de commerce de Bruxelles interdit à la Croix-Rouge de réaliser le transport non urgent de malades en ambulance invoquant la concurrence déloyale vis-à-vis du secteur privé (jugement heureusement cassé mais qui a obligé la Croix-Rouge à modifier ses statuts).

1999 : Début du processus de Bologne pour l'enseignement supérieur.

7 novembre 2001 : Faillite de la SABENA.

2005 : La multinationale danoise Falck de transport ambulancier arrive en Belgique.

2005 : Début de la privatisation de la SNCB.

Octobre 2006 : Le gouvernement belge vend la poste belge au consortium formé par Post Danmark et CVC Capital Partners.

16 août 2008 : Pékin Le Suisse Roger Federer remporte la médaille d'or du double du tournoi olympique de tennis (il avait gagné 23 millions de dollars en 2007).

2009 : 63% des lits en maison de repos relèvent du secteur privé commercial à Bruxelles.

Heureusement, pensions-nous, il restait un secteur épargné par cette vague de " libéralisation ", le secteur non-marchand.

Ce numéro d'Articulations tend à vous montrer que nous sommes bien loin du compte et que si un vaste mouvement de résistance ne se met pas en place, tout le secteur non-marchand aura disparu dans quelques années !

 

NOËL Serge, directeur du CESEP

 

 

Le temps pseudo-cyclique est un temps qui a été transformé par l'industrie. Le temps qui a sa base dans la production des marchandises est lui-même une marchandise consommable, qui rassemble tout ce qui s'était auparavant distingué, lors de la phase de dissolution de la vieille société unitaire, en vie privée, vie économique, vie politique. Tout le temps consommable de la société moderne en vient à être traité en matière première de nouveaux produits diversifiés qui s'imposent sur le marché comme emplois du temps socialement organisés. " Un produit qui existe déjà sous une forme qui le rend propre à la consommation peut cependant devenir à son tour matière première d'un autre produit " (Karl Marx-Le Capital).

Dans son secteur le plus avancé, le capitalisme concentré s'oriente vers la vente de blocs de temps " tout équipés ", chacun d'eux cons-tituant une seule marchandise unifiée, qui a intégré un certain nombre de marchandises diverses. C'est ainsi que peut apparaître, dans l'économie en expansion des " services " et des loisirs, la formule du paiement calculé " tout compris ", pour l'habitat spectaculaire, les pseudo-déplacements collectifs des vacances, l'abonnement à la consommation culturelle, et la vente de la sociabilité elle-même en " conversations passionnantes " et " rencontres de personnalités ". Cette sorte de marchandise spectaculaire, qui ne peut évidemment avoir cours qu'en fonction de la pénurie accrue des réalités correspondantes, figure aussi bien évidemment parmi les articles-pilotes de la modernisation des ventes, en étant payable à crédit.
Guy Debord-La société du spectacle, Editions Buchet-Chastel, Paris, 1967 (réédité par Gallimard, collection Folio, n°2788)