Qu'est-ce que l’éducation aux médias ?

En préalable, il est important de distinguer l’éducation par les médias et l’éducation aux médias.

On parle d’éducation par les médias lorsque ceux-ci sont utilisés comme support pédagogique afin d’illustrer un contenu, quel qu’il soit.

Le Conseil de l’éducation aux médias définit quant à lui  l’éducation aux médias comme l’action de “ rendre chaque jeune capable de comprendre la situation dans laquelle il se trouve lorsqu'il est le destinataire des messages médiatiques. C'est le rendre apte à être un lecteur, un auditeur, un spectateur actif vis-à-vis des médias, capable de s'approprier un maximum d'informations originales à partir de n'importe quel type de documents médiatiques et, particulièrement, de documents audiovisuels. Ce qui est donc recherché, à travers l'éducation aux médias, c'est essentiellement un renforcement de la réflexion du jeune vis-à-vis des médias : un mouvement de distanciation par rapport à l'expérience médiatique ordinaire et l'exercice d'un regard créatif sur le média. ”

L’éducation aux médias concerne tous les médias écrits, audiovisuels ou électroniques.

L’approche critique, préconisée par le Conseil, se fonde sur la maîtrise de six dimensions propres à tout média: les langages utilisés, les technologies mises en œuvre, les représentations psychosociales véhiculées par le document médiatique, la typologie à laquelle il appartient, le public auquel il s’adresse et les producteurs, avec leurs effets escomptés, leurs enjeux et leurs contraintes. Une septième dimension est à l’étude à l’heure actuelle : l’interactivité

 

L’éducation aux médias en Communauté française

Source : Texte repris de " L'éducation à l'audiovisuel et aux médias " (1996) édité 
par le Conseil de l'éducation aux médias et la Fondation Roi Baudouin

 

Depuis 1973, l'Unesco, le Conseil de l' Europe et le Parlement  européen ont réuni des experts sur le thème de l’éducation aux médias afin d’envisager la généralisation de ce type de démarche.

En Communauté française de Belgique, certaines structures ont préexisté à ces rencontres. citons notamment : la Cinémathèque de la Communauté (1944), le Service de l'Inspection des moyens audiovisuels ou encore le Service des Auxiliaires de l'Enseignement (1972). En ce qui concerne l'enseignement officiel subventionné (UVCB et CPEONS), le Centre Audiovisuel de la Ville de Liège est créé en 1975 ; L'enseignement libre, dispose quant à lui depuis 1962 des services d’une ASBL, Média Animation, qui constitue le service audiovisuel de l'Enseignement catholique.

Depuis lors, plusieurs acteurs se sont positionnés comme incontournables dans ce secteur. La Médiathèque a joué un rôle plus qu’important dans la naissance de l’éducation aux médias. En 1986, la Médiathèque de la Communauté française a enquêté sur l'usage pédagogique des vidéocassettes dans le cadre scolaire, ainsi que sur les besoins et demandes de formation des enseignants dans ce domaine. À l’époque, le constat était que les enseignants ne pratiquaient pas ou peu l'éducation aux médias. En octobre 1992, elle a élaboré diverses expériences et publié des guides pour l'éducation aux médias audiovisuels. Avec l’aide d’un Groupe de travail, elle a publié ses conclusions dans un Livre blanc : “ Pour une éducation aux médias généralisée en Communauté française de Belgique ”. À l’heure actuelle, elle continue cette démarche avec son riche réseau de diffusion, par le prêt, de médias sonores, visuels et audiovisuels en région francophone. La RTBF, quant à elle, en collaboration avec l'Organisation des Etudes du Ministère de l'Education, a débuté avec des émissions de radio-télévision scolaires. Aujourd’hui ces émissions ont disparu du petit écran depuis longtemps. Cependant, la RTBF a établi des liaisons avec la Médiathèque en lui permettant l’accès à des programmes susceptibles d’intérêt didactique.

Par ailleurs, de nombreuses associations du secteur socioculturel ont pris part à cette aventure depuis de nombreuses années. Leur approche varie en fonction des publics qu’elles touchent que ce soit dans le cadre scolaire ou extrascolaire.

Au cours des dernières années, la Fondation Roi Baudouin a joué un rôle déterminant dans la sensibilisation à l'éducation aux médias dans notre Communauté. En 1990, elle a réuni un Groupe de travail sur le thème des jeunes et des médias en Belgique francophone et a publié le résultat de ses constats et de ses réflexions sous le titre "Pour une éducation des jeunes à l'audiovisuel". Cette étude se termine par diverses "Propositions concrètes". Durant l'année scolaire 1992-1993, la Fondation, guidée par un comité d'accompagnement, a mené une opération expérimentale d'éducation aux médias, l'opération Télécole, dans vingt et une classes, de la maternelle au secondaire, des trois réseaux d'enseignement. Cette opération a été accompagnée par une évaluation réalisée par le Département de communication de l'Université catholique de Louvain et a donné lieu à la publication de constatations et de réflexions synthétiques.

Au terme de ses travaux sur ce thème, la Fondation Roi Baudouin a énoncé les objectifs et les exigences d' “une politique d'éducation aux médias ”.

Soucieux de généraliser l'éducation aux médias auprès des jeunes, le Ministre de l'Education et de l'Audiovisuel a chargé un Groupe de Réflexion d'élaborer un rapport sur "L'Education à l'Audiovisuel et aux Médias", qui lui a été remis en mai 1994.

Ce rapport a été élaboré avec des représentants des autorités des trois réseaux, des inspecteurs et directeurs d'écoles, des représentants des universités, des représentants des médias audiovisuels, des écoles d'art du spectacle, d'associations socioculturelles concernées par la formation, avec des experts juridiques, des représentants du Conseil de l'Education et de la Formation, ainsi que de l'Administration de l'Audiovisuel de la Communauté. Il tire aussi parti des expériences européennes et s'inspire, en particulier, de l'organisation du programme scolaire en Angleterre et au Pays de Galles, où, depuis 1988, l'éducation aux médias figure avec des objectifs clairement définis et selon une progression en niveaux. Il s'inspire également des réalisations du CLEMI*, en France, comme lieu de rassemblement et de diffusion de l'information sur l'éducation aux médias, comme lieu de formation pour les futurs formateurs, comme lieu de confrontation entre enseignants et représentants des médias.

Sur base de ce rapport, le Ministre de l'Education et de l'Audiovisuel, a pris un arrêté le 19 mai 1995, installant le Conseil de l'Education aux Médias (CEM) et officialisant les trois Centres de ressource en éducation aux médias dont se sont dotés les réseaux d'enseignement en Communauté française (Centre de formation continuée de La Neuville - Tihange (CAF) ; Centre Audiovisuel de la Ville de Liège, créé en 1975 ; ASBL Média Animation, Bruxelles)

 

De manière générale, Le CEM a pour mission :

  1. de donner des avis au Gouvernement sur toute question relative à l’éducation aux médias, et en particulier sur :
  2. la définition des priorités en matière d’éducation aux médias
  3. l’intégration de l’éducation aux médias dans les programmes de formation

initiale et de formation continuée à destination des enseignants

  1. l’introduction de l’éducation aux médias dans les branches obligatoires et par

conséquent son intégration dans les socles de compétences et dans les programmes d’enseignement à soumettre à l’approbation du ministre

  1. de stimuler, notamment par le biais des centres de ressources, des actions, des recherches, des expériences pédagogiques, susceptibles de promouvoir et d’évaluer l’éducation aux médias.

 

  1. de favoriser la coopération entre les centres de ressources, les centres de distribution, les médias et les associations concernées par l’éducation aux médias.

Le CEM est composé de personnes représentatives du monde de l'enseignement et des médias désignées par le Ministre de l'Éducation et de l'Audiovisuel pour une période de quatre ans.

 

Les fonctions des centres de ressources sont la formation, l’animation, la sensibilisation et l’information. Ils sont également des centres de prêt de documents et de matériels. Ils produisent des documents médiatiques et font de la recherche.



Vers un nouveau Décret ?

En 2004 , le CEM a remis une proposition de décret auprès du gouvernement de la Communauté Française, qui devrait modifier le dispositif et les objectifs de l’éducation aux médias et élargir le public bénéficiaire vers des publics moins privilégiés du point de vue de l’appropriation des nouvelles technologies, vers les chômeurs en reconversion, vers les demandeurs d’emploi, mais aussi vers les personnes âgées par exemple.

Ce décret, qui devrait voir le jour dans le courant de cette année 2008, donnera une assise plus importante au CEM qui se transformera en Conseil supérieur de l’Éducation aux médias. 
Ce conseil développera, entre autres, la coopération avec les différents organismes concernés par l’éducation aux médias ainsi que le secteur de l’éducation permanente. L’éducation aux médias ne serait donc plus l’exclusivité du milieu scolaire et orienterait plus particulièrement ses actions vers une éducation aux médias pour tous, tout au long de la vie. Par ce biais, ce décret devrait également permettre au Conseil d’adapter ses missions qui ont beaucoup évolué depuis 1995, notamment avec l'arrivée d' Internet. Il donnerait lieu également à une consolidation des subventions accordées au CEM et aux centres de ressources pour leurs actions en les inscrivant dans une programmation budgétaire pluriannuelle. Enfin, qui dit décret dit également possible implication plus importante du secteur associatif dans la mise en œuvre des missions qui y sont citées, et donc possible reconnaissance de celui-ci selon des critères précis.

 

 


[1] Sur base du travail de fin de formation Bagic (CFCC 2004-2006) de Isabelle VITRY  : « L'éducation au médias ou Comment transformer un outil de manipulation en outil d'émancipation »