Une démarche éducative, formative, relationnelle, sociale et politique
L'accompagnement à court terme et/ou à moyen et long terme proposé aux individus, aux groupes, aux équipes et/ou aux organisations relève toujours d'une démarche à la fois éducative et formative, mais également relationnelle,
sociale et politique. Le développement et l'expérimentation de savoirs, compétences, comportements par les participants constituent une part importante de la démarche d'accompagnement.  Il s'agit d'être curieux de son environnement et d'en avoir une bonne connaissance afin de mieux comprendre le contexte de son action. Il s'agit encore d'identifier et clarifier la multiplicité des représentations et des positionnements qui concourent à la diversité de l'action sociale, culturelle et socio-culturelle. Il s'agit enfin d'identifier  et clarifier les écarts, les tensions, les contradictions inhérents à la complexité institutionnelle, sociale, interpersonnelle qu'est la société aujourd'hui.

 

Rendre le projet réalisable
En pensant, en préparant et en mettant peu à peu leur projet en oeuvre, les porteurs de projet entrent également de facto en relation avec le monde qui les entoure : les autres personnes en formation, le groupe formel ou informel auquel ils appartiennent, l'équipe de travail, les instances décisionnelles de l'asbl, l'administration, les partenaires... Faciliter, favoriser, analyser, dynamiser ces processus relationnels et sociaux représente un pan incontournable de l'accompagnement. Ils constituent en effet le socle indispensable à la réflexion et la mise en oeuvre collective et non plus individuelle des changements envisagés.  Cela passe par le regard et la critique portés par d'autres sur un projet  qui, d'idéal deviendra réaliste puis réalisable.

 

 

Une démarche éminemment politique
Pour travailler le projet dans une visée de changement institutionnel à moyen et long terme, l'intervention auprès de porteurs de projets dans le secteur de l'éducation permanente consiste également, naturellement, en la mise en oeuvre d'une démarche éminemment politique. Permettre à chacun de clarifier sa vision du monde, de la partager, de la faire évoluer au contact des "autres"; proposer et animer des "lieux" et des "moments" où le débat devient possible, souhaité, valorisé ; encourager, outiller, valoriser la mobilisation autour et au nom de valeurs citoyennes, humanistes, progressistes ; redonner aux porteurs de projet la capacité d'agir sur les enjeux, les méthodes, les perspectives futures des politiques sociales, culturelles, socio-culturelles, telles sont également les fonctions de l'accompagnement. Enfin, il est toujours bon de rappeler que si "le projet" constitue aujourd'hui un "modèle culturel" incontournable, lorsqu'il est mis en oeuvre en référence à des principes relevant de l'éducation permanente, il devrait idéalement rester choisi, librement investi, non dogmatique... et donc critiquable. Sur ce point, nous estimons donc que la démarche d'accompagnement du projet dans le secteur de l'éducation permanente implique une vigilance (résistance ?) éthique et déontologique quotidienne.